Nous vous présentons les lauréates de la 11e édition du gala prix du RAF 2018.

Pour plus d’informations, consultez notre dossier de presse.

Découvrez Violène Gabriel!

Née le 23 février 1954 dans la région de la Petite-Rivière
de l’Artibonite en Haïti, Violène Gabriel a fait ses études
primaires et secondaires à Port-au-Prince. À la suite de ses études, elle enseigne le français et les mathématiques à des jeunes et des adultes infortunés.
C’est quelques mois après ses 21 ans, soit en 1975 que
Violène atterrit sur le sol canadien à l’aéroport Pierre-Elliotte
Trudeau. En ce jour de printemps, elle fût accueillie par une tempête hivernale et une couche de 30 cm de neige. Une bienvenue inoubliable !
Quelques jours après son arrivée, elle se trouve un emploi dans une manufacture de vêtements à Montréal, où elle y travaille pendant neuf ans. Au cours de cette période, elle se marie et donne naissance à deux filles, Sabine Daniel, la première en 1977 et Ingrid Daniel, la seconde en 1982. Simultanément, elle poursuit ses études dans
le but d’obtenir des équivalences au niveau du secondaire au Canada afin de poursuivre des études collégiales en soins infirmiers. De plus, elle fait immigrer au Canada plusieurs membres de sa famille et celle de son mari. Armée d’un diplôme collégial en soins infirmiers, la cellule famille fait le grand saut en Ontario dans la capitale nationale du Canada. Un an plus tard, elle se divorce et achète
une maison tout en poursuivant ses études universitaires dans son domaine d’expertise.
Une fois terminée, elle obtient par la suite un certificat en travail social.
Lauréate du Prix Ottawa Citizen Heros, Madame Gabriel a exercé la vocation d’infirmière durant 25 ans dont 18 années à Bruyère où elle a prodigué des soins auprès des personnes âgées et des gens qui souffrent de troubles psychiatriques.
Maintenant retraitée, cette Ontarienne d’adoption joue un rôle actif dans sa communauté en étant bénévole dans de nombreux organismes francophones de la capitale nationale, tels que le Conseil du vieillissement des affaires francophones, le Forum d’entraide et de
Solidarité des Haïtiens d’Ottawa et de Gatineau, tout en étant la fondatrice du Regroupement Affaire Femmes. Cet organisme à but non lucratif est le seul destiné au bien-être des femmes noires francophones d’Ottawa et de Gatineau.

Découvrez Koultoumy Diallo!
La jeune femme francophone de 25 ans, Koultoumy Diallo a grandit à Conakry, capitale de la République de Guinée où elle a obtenu son diplôme d’études secondaire en français, profil
science sociale au Lycée Sainte-Marie. Arrivée au Canada depuis 2012, elle a poursuit son cursus universitaire en français, au Baccalauréat Communication et Sociologie à l’Université
d’Ottawa et aujourd’hui, elle fait un certificat à l’Université du Québec à l’Outaouais en Développement International.
Grande passionnée de Culture depuis sa tendre enfance, elle ne manquait aucune manifestation culturelle au sein de son école secondaire ou à l’extérieur. Elle aime les
vêtements et la mode et décide de se lancer dans le design de tissus africains avec sa propre ligne de vêtements « KOULTOUMY » en participant aux différentes éditions de SAFARA FASHION (2014 et 2015) organisées aussi par Gwen Madiba, qui est aussi une ancienne nominée de RAF. À l’université, elle a participé plusieurs fois en tant que bénévole à la semaine internationale, notamment en valorisant la culture Ouest-Africaine. Elle a également participer au programme « Apprentissage et Engagement communautaire » à la chambre des communes du parlement canadien. En 2015, elle a été fière de faire parti de l’équipe de bénévoles du parti Libéral qui a remportée les élections Canadiennes de 2015. En 2016, elle organise le Guinean Excellence Awards, le plus grand évènement international de la diaspora guinéenne au Musée Canadien de l’histoire en collaboration avec l’ambassadeur de la Guinée au Canada, son Excellence Saramady Touré et toute son équipe. Ce gala sera reconnu par la diaspora guinéenne qui a d’ailleurs honorer sa présence en venant de tous les coins du monde (Afrique, Europe, États Unis, Alberta, Nouveau Brunswick,etc). Ce n’est pas tout, lors de cet évènement, on comptait une dizaine de diplomates accrédités au Canada (Burkina Faso, Cameroun, Turquie, Kenya, etc), la Mairie de Gatineau et le gouvernement guinéen représenté par le Ministre de la jeunesse guinéenne, son Excellence Moustapha Naïté. En plus de cela, Koultoumy est ambassadrice au Canada par le ministère de la culture de la république de Guinée et le commissariat de Conakry Capitale Mondiale du Livre et est reconnue par ses pairs à travers son engagement communautaire et social des jeunes de la régionsurtout auprès de la communauté guinéenne.

Découvrez Agnès Berthelot-Raffard!

Madame Berthelot-Raffard est professeure à l’Institut d’études féministes et de genre de l’Université d’Ottawa. Cette femme d’excellence a su apporter une contribution exceptionnelle  au milieu académique en tant que professeure, philosophe et éthicienne. Agnès est une pionnière en tant que femme noire philosophe francophone au Québec et au Canada. En effet, par ses savoirs et son identité noire, elle contribue dans ses enseignements, ses interventions et ses initiatives intellectuelles à faire rayonner le travail des intellectuelles noires de la francophonie. Pour la première fois à l’Institut d’études féministes et de genre de l’Université d’Ottawa, le mois de l’histoire des Noir.e.s  a été souligné et honoré entièrement en français par une femme noire  professeure et philosophe. Durant cet évènement Madame Berthelot-Raffard a mis en valeur les réflexions d’intellectuelles noires et racisées d’origine africaine, haïtienne et française en organisant une discussion autour de la traduction en français de l’ouvrage : « La pensée féministe noire » de Patricia Hill Collins. De plus, Madame Berthelot-Raffard a toujours apporté son soutien depuis son arrivée à l’Institut d’études féministes et de genre, aux initiatives des étudiantes noires et racisées francophones. Elle est pour ses étudiants un modèle d’engagement, de résilience et de rigueur. Le travail, l’audace et l’espérance en un avenir lumineux pour toutes les femmes noires francophones, voilà ce que l’implication de la professeure Agnès Berthelot-Raffard inspire.

Découvrez Stéphan Soumah!

C’est lors de ses études universitaires que Stéphan Soumah s’est revendiquée afroféministe. À force d’échanger avec des femmes de couleurs, elle a décidé de partager avec elles son combat contre les discriminations auxquelles nous faisons face. Ces dernières sont souvent liées au genre, à la classe sociale et au sexe. C’est pourquoi elle crée un espace d’échange en français où les femmes noires peuvent exprimer librement leur réalité au Canada et mettre en lumière les oppressions dont elles sont victimes. Son travail à Noir sur table est la matérialisation de cette mission qui lui permet d’allier mon combat pour la libération des femmes noires à travers son travail à l’Alliance des femmes de la francophonie canadienne. Ayant comme modèles Angela Davis ou encore Alice Walker, ces dernières lui ont montré à quel point il est important de ne pas se laisser définir par un féminisme occidental qui ne reconnait pas les problèmes intersectionnels que rencontrent les femmes racialisées.

Découvrez Félicité Murangira!

Félicité Murangira est titulaire d’un baccalauréat en droit de l’Université de Burundi. Cette femme d’exception est une porte parole communautaire avec plus de 28 ans d’expérience dans la région de l’Ontario. Coordonatrice communautaire de plusieurs projets, elle laisse sa marque à Ottawa avec différents partenaires spécialement l’Université d’Ottawa et celle de Butare dans la lutte contre le SIDA-Global Ottawa AIDS Link (GOAL). Ses engagements avec les recherchistes académiques dans l’échange des connaissances et le développement des meilleurs pratiques pour la prévention du SIDA ont été très bénéfiques pour la communauté ethnoculturelle. De plus, elle est la co-fondatrice du Réseau de Santé Afrique-Caraïbes d’Ottawa; elle est une membre actif du Conseil de Santé Afrique-Caraïbes pour tout l’Ontario et de plusieurs Comités et  plusieurs Conseils d’administration, Félicité apporte une vision fortement axée sur la justice sociale et la responsabilité citoyenne dans les discussions de ces différents groupes. Outre son travail comme Conseillère en Établissement, Félicité répond toujours présent aux divers besoins communautaires. Le partage de ses connaissances et sa contribution active lui apportent une reconnaissance dans plusieurs disciplines. Telles que : Prix-Humanitaire CARI. Elle est une championne communautaire engagée au bien-être de son entourage et elle représente très bien sa croyance qui est celle de doter les familles et les nouveaux arrivants d’un sentiment de sécurité sociale et de service égalitaires au Canada.  

Découvrez Djenane L. Najmanovich!

Djenane L. Najmanovich créée son entreprise le 24 août 2016 avec la vision à servir la communauté francophone et anglophone d’Ottawa et particulièrement la communauté multiculturelle. Elle offre un endroit accueillant à tous où les gens peuvent se rencontrer,  magasiner ou étudier comme un deuxième chez soi. Elle a aussi eu l’occasion d’organiser plusieurs événements pour promouvoir les artistes chrétiens locaux et favoriser des rencontres multiculturelles francophones. Par sa candidature, elle veut partager son expérience, sa vision aux autres jeunes de son âge dans le but de les motiver.


Découvrez Jocelyne Constant!

Membre du Conseil d’administration de La Cité collégiale depuis 2011, Jocelyne Constant apporte au Collège une vision fortement axée sur la justice sociale. Jocelyne est née, a grandi et a fait ses premières études postsecondaires – elle détient  trois baccalauréats – en Haïti. Elle est venue à Ottawa au début de la vingtaine et y est restée. Elle a fondé une famille et a travaillé pendant 17 ans au sein de la fonction publique fédérale, notamment dans le domaine des études de marché. Puis, un jour, elle a décidé de changer l’orientation de sa vie. Elle a quitté son emploi et est devenue parent nourricier à temps plein et travailleuse communautaire bénévole. « J’étais prête à m’impliquer activement dans ma société d’adoption, dit-elle, parce que je crois fermement que la participation contribue à créer des changements. » Ce n’était que le début. Engagée socialement autant que politiquement, Jocelyne se sent profondément interpellée par sa communauté, autant dans son entourage que dans un sens très large. Parfaitement à l’aise dans les deux langues officielles, elle a consacré sa vie à favoriser la compréhension entre les diverses communautés culturelles et à aider les enfants et les jeunes. Outre celui de La Cité collégiale, Jocelyne siège aussi aux conseils d’administration du Réseau local d’intégration des services de santé (RLISS) de Champlain (Ottawa) et de l’Organisme communautaire Rideau-Rockcliffe. Elle est aussi championne du recrutement au Service de police d’Ottawa. En 2008, elle a reçu le prix Martin Luther King  DreamKeepers. Et en 2005, en récompense de son infatigable travail communautaire, Jocelyne a été l’une des femmes à recevoir la mention Femme de distinction du YMCA d’Ottawa. Sa détermination à doter les enfants, les jeunes, les personnes âgées et les nouveaux arrivants d’un sentiment de sécurité sociale, ici à Ottawa, et ses convictions en matière d’égalité et d’équité ont forgé son leadership. Jocelyne croit que le changement vient de chacun de nous – de chaque foyer et de chaque communauté.

Source : Collège La Cité